consoGlobe
  • Catégorie:Développement durable
  • Catégorie:Habitat écologique
  • Catégorie:Environnement
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Mode éthique
  • Catégorie:Energies renouvelables
  • Catégorie:Biocarburant et transport
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Eco-tourisme
  • Catégorie:Cosmétique bio
  • Catégorie:Alimentation bio
  • Catégorie:Recyclage
  • Catégorie:Composants et ingrédients
  • Catégorie:Consommation Durable
  • Catégorie:Puériculture
  • Catégorie:Jardinage écologique
Gaz Naturel de Ville, GNV

Gaz Naturel de Ville, GNV

Un article de Encyclo-ecolo.com.

(Redirigé depuis GNV)


Sommaire

Le gaz naturel

Le gaz, une énergie propre et abondante

Le gaz est une énergie très abondante et efficace sur la planète, en plus d'être économique. De plus, les appareils qui l'utilisent sont résistants et ne demandent que peu d'entretien puisqu’ils ne s'encrassent pas. Le gaz est généralement utilisé pour produire de l'eau chaude ; le chauffage ; la cuisson.


Il est acheminé dans les villes par des canalisations et directement distribué dans les logements, ce qui ne nécessite pas de stockage. Les villes qui ne sont pas reliées peuvent disposer d'une réserve et le distribuer à leur tour dans les logements par canalisation.

Si aucune canalisation ne relie votre logement au gaz , vous pouvez vous procurer : des bouteilles de gaz liquide (propane ou butane) : elles existent sous forme de 6 kg, 13 kg et 35 kg. Sachez que les bouteilles sont consignées (entre 10 et 20 € de consigne), pensez à les ramener à l'enseigne dans laquelle vous les avez achetées.

Les grosses citernes, qui sont toutefois moins esthétiques et nécessitent plus de place.


Le gaz garantit un haut rendement, c'est une énergie fossile qui reste une source de pollution atmosphérique.


Le Gaz naturel de ville, GNV

  • Le GNV, cousin du GPL est composé de 90% de méthane (CH4). Le combustion de cet hydrocarbure naturel ne produit ni oxyde de soufre, ni plomb, ni poussières, ni fumées noires et peu d'oxyde d'azote et dégage le moins de monoxyde de carbone. Par ailleurs, ses réserves naturelles sont plus importantes que celles du pétrole.

Plusieurs réseaux de transports en commun (Nice, Poitiers, Montpellier, Strasbourg…) ont choisi le GNV pour plusieurs raisons :

  • Le GNV est un gaz non explosif, de par sa composition chimique et son taux de compression,
  • C'est un carburant propre composé de gaz naturel comprimé à 200 bars. Il est d’ores et déjà conforme aux normes européennes de l’an 2000 sur les émissions de polluants.
  • C'est une énergie primaire, ne nécessitant aucune transformation susceptible de polluer.
  • Non polluants, les bus équipés au GNV sont reconnus plus silencieux que les autres bus (- 5 à 8 décibels).
  • Le GNV est excellent pour la longévité des moteurs.

Le GNV en chiffres

  • Le GNV produit 25% de CO2 en moins qu'un véhicule équivalent fonctionnant à l’essence,
  • Il produit 10% de pollution en moins qu’un véhicule équivalent fonctionnant au gazole.


Plus d’un tiers des marchés de renouvellement des transports publics choisissent des solutions basées sur le GNV. Et plus de 50 % des véhicules de propreté de la ville de Paris roulent au GNV.

Le GNV permet aussi d’anticiper les restrictions de circulation (péages urbains, gestions des pics de pollution) que plusieurs villes européennes ont déjà adoptées. Autre facteur intéressant, c’est également un moyen de réduire les coûts liés aux transports.

Les zones floues du GNV

Si il est moins riche en carbone que le pétrole ou le charbon, le gaz entraîne tout de même des quantités significatives de CO2 lors de son emploi: son utilisation permet une baisse de "seulement" 40% par rapport au charbon.

De plus, en tant que carburant fossile, le gaz naturel ne peut pas être une solution durable, mais le rendre renouvelable est à peu près possible. Il y a déjà en Suède des stations distribuant du GNV non fossile.

Toutefois, même si le GNV a encore des lacunes, notons qu'il est relativement abondant car les estimations des réserves prouvées oscillent entre 65 et 100 ans de production au rythme actuel de consommation. De plus, il est mieux réparti à la surface de la Terre que le pétrole.


[modifier] sur le gaz

Vous êtes spécialiste d'un sujet ? Vous avez une info ? Complétez ou créez un article sur encycloÉcolo.

______________________ws4