consoGlobe
  • Catégorie:Développement durable
  • Catégorie:Habitat écologique
  • Catégorie:Environnement
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Mode éthique
  • Catégorie:Energies renouvelables
  • Catégorie:Biocarburant et transport
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Eco-tourisme
  • Catégorie:Cosmétique bio
  • Catégorie:Alimentation bio
  • Catégorie:Recyclage
  • Catégorie:Composants et ingrédients
  • Catégorie:Consommation Durable
  • Catégorie:Puériculture
  • Catégorie:Jardinage écologique
Ecotoxicologie

Ecotoxicologie

Un article de Encyclo-ecolo.com.

Ecotoxicologie

L’écotoxicologie est l’étude des effets des polluants toxiques dans les écosystèmes. Naturellement tous les toxiques, qu’ils aient été volontairement introduits ou bien que leur présence soit le résultat d’une pollution accidentelle, aigüe ou chronique, ont des effets négatifs sur les populations.

Le plus souvent, ces effets se traduisent, sur les individus, par une surmortalité ou des modifications comportementales qui modifieront leurs capacités à s’alimenter par exemple, ce qui entraîne une diminution sensible des effectifs dans cette population. Mais dès que l’on modifie la variable d’abondance d’une population, c’est tout le peuplement qui s’en trouve affecté. Des populations vont souffrir de ce manque, d’autres, au contraire, pourront se développer.

Polluant non biodégradable ou non métabolisable : danger

Le plus souvent, les toxiques agissent, à des degrés divers, sur toutes les populations et bien souvent avec des effets différés ou peu prévisibles. Deux facteurs aggravent particulièrement le diagnostic écotoxicologique : le premier, c’est quand un polluant n’est pas biodégradable ; le second, c’est quand ce polluant n’est pas métabolisable ; il arrive souvent qu’un polluant ne soit ni biodégradable, ni métabolisable.

Il existe divers produits qui pollueront des écosystèmes pendant des dizaines et même des centaines d'années. Si le polluant n’est pas biodégradable comme les pesticides, solvants, détergents, huiles de synthèse et quelques autres parmi les 2850 molécules classées TCMT : toxiques, cancérigènes, mutagènes ou tératogènes et utilisées en fabrication dans l’industrie), ce polluant va s’accumuler dans l’environnement (sols, eaux douces, océans) faute de pouvoir être recyclé par des bactéries ou des champignons.

Si le polluant n’est pas métabolisable, s’il est ingéré et absorbé, il va s’accumuler, selon son degré de solubilité dans les graisses ou dans l’eau, dans les différents tissus de son consommateur (foie, os, graisses, muscles, etc.). C’est ce que l’on appelle le phénomène de bioaccumulation. 

Parmi les polluants non métabolisables, en plus de certains mentionnés pour les non biodégradables, il faut citer les métaux lourds, les radionucléides, divers dérivés du soufre ou de l’azote, etc. En écotoxicologie, on utilise des espèces bio-indicatrices de sensibilité à un toxique ou bio-indicatrices d’accumulation d’un polluant.

Vous êtes spécialiste d'un sujet ? Vous avez une info ? Complétez ou créez un article sur encycloÉcolo.