consoGlobe
  • Catégorie:Développement durable
  • Catégorie:Habitat écologique
  • Catégorie:Environnement
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Mode éthique
  • Catégorie:Energies renouvelables
  • Catégorie:Biocarburant et transport
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Eco-tourisme
  • Catégorie:Cosmétique bio
  • Catégorie:Alimentation bio
  • Catégorie:Recyclage
  • Catégorie:Composants et ingrédients
  • Catégorie:Consommation Durable
  • Catégorie:Puériculture
  • Catégorie:Jardinage écologique
Epandage boues d'épuration

Epandage boues d'épuration

Un article de Encyclo-ecolo.com.

eau13.jpg

Sommaire

L'épandage boues d'épuration '

Les boues d’épuration peuvent être urbaines ou industrielles


Que sont ces boues

Ces boues proviennent de l'épuration des eaux usées municipales, acheminées par les réseaux d'assainissements (égouts) dans des stations d'épuration. Elles résultent de l'activité biologique des micro-organismes vivant dans ces stations, qui transforme les matières transportées par les eaux usées pour qu'elles puissent en être extraites. Elles sont constituées essentiellement d'eau, de sels minéraux et de matière organique. (ademe)

Il y a différentes sortes de boues d’épuration selon d'où elles proviennent

  • les boues d’épuration primaires qui proviennent, par exemple, des décanteurs digesteurs des stations d’épuration des eaux usées. Elles sont à la fois riches en matières minérales (microsables, terre, etc.) et contiennent des matières organiques.
  • les boues d’épuration biologiques qui sont également appelées boues secondaires et sont issues de traitements biologiques.
  • les boues physico-chimiques variantes des précédentes, et sont obtenues par adjonction de réactifs (sels de fer, d’aluminium) pour agglomérer les fines particules dans les eaux usées.


A quoi sert l'épandage des boues usées

Selon leur qualité et leur composition, les boues d’épuration peuvent avoir quatre destinations finales : l’épandage agricole, la mise en décharge, l’incinération et le compostage.

L’épandage permet de recycler une partie des boues et de profiter de leurs propriétés fertilisantes, en bouclant le cycle de la matière organique par retour vers le sol. Cette pratique est strictement encadrée du point de vue sanitaire et environnemental. Il faut en effet s’assurer, d'une part, de l’aptitude des sols à remplir cette fonction environnementale de recyclage et d'autre part, de l’innocuité des épandages de boues vis-à-vis des sols, de la chaîne alimentaire et des autres compartiments de l’environnement, en particulier les eaux.

L'épandage boues d'épuration, la controverse

L'épandage boues d'épuration est contestée car quand elle est utilisée en ville pour remplacer le sel en cas d'enneigement, les boues sont accusées de cause des pathologies, notamment de favoriser les gastroentérites.

L'épandage des boues de stations d’épuration sur sol est une solution peu coûteuse de recyclage des déchets urbains.

Verglas et neige, comment les enlever sans polluer ?

En 1997-98,a été défini un encadrement juridique et réglementaire de l'épandage agricole des boues d'épuration qui impose un cadre strict. Les boues sont considérées comme un déchet.

Combien de boues épandues en France ?

L'épandage des boues de stations d'épuration urbaines sur les sols : Chaque année, environ 10 millions de tonnes de produit brut, soit 1 million de tonnes de matières sèches de boues de station d’épuration (Step) sont produites en France. Ce sont à 52% des boues industrielles et à 48% des boues urbaines.

En 2004, 60% de ces boues sont épandues sur les sols agricoles, dont 16% sous la forme de boues compostées. Les épandages se font sur 2 à 3% de la surface agricole utile française, à raison de 25 tonnes par hectare de matière brute. Un délai de 4 à 5 ans sépare généralement deux épandages consécutifs de boues de Step sur une même parcelle. Les agriculteurs volontaires pour épandre les boues de Step sur leurs parcelles sont conseillés par les Chambres d’agriculture ou des prestataires privés, sous le contrôle de l’Etat.

Il y avait en France au début des années 2000 environ 10 000 stations d'épuration dont plus des 3/4 traitaient une quantité d'eau usées correspondant à moins de 2 000 EH. Chaque Français produirait 15 à 20 kg/an de boue (en matière sèche) 10. Les boues urbaines représentaient environ 963 000 t/an de matières sèches (MS) pour la métropole en 2001, puis 1 100 000 t/an en 2004 (IFEN), mais M. Adler cite 807 000 t de MS/an en 2004.

Selon l'inra : En moyenne, chaque Français génère 200 l d'eau usée par jour qui une fois traitée donnent 5 l de boues brutes contenant elles-mêmes près de 15 g de matières sèches (MS). Actuellement, sont produites chaque année, 850 000 t de MS en France, et 7 500 000 t de MS au niveau de l'Union européenne. Et ces tonnages ne font que croître du fait de l'augmentation du nombre de stations d'épuration. Il faut donc des processus d'élimination qui soient adaptés.

Ce que contiennent les boues d'épuration

  • Les boues des stations d'épuration contiennent une forte proportion d'eau (70 à 80 %), des matières organiques
  • Les boues de stations d'épuration (STEP) ne renferment pas seulement des macro-éléments (azote, phosphore) et de la matière organique intéressants en fertilisation; ils contiennent également 2 sortes d'éléments indésirables, car potentiellement dangereux pour l'homme, les animaux ou l'environnement : ce sont les agents pathogènes et les contaminants chimiques.

1. Les agents vivants pathogènes. Dans les eaux usées, et donc les boues de station d'épuration, on trouve une flore microbienne abondante, banale et sans danger, mais on rencontre aussi des agents pathogènes, éliminés par des organismes vivants, malades ou porteurs inapparents, ou bien présents dans l'environnement. Ces bactéries, virus, parasites... dangereux sont présents en faible concentration, mais celle-ci est très variable selon les conditions de collecte et de traitement.

Lorsque le réseau est séparatif, la principale source de ces microorganismes pathogènes est représentée par l'élimination des matières fécales humaines; mais lorsque le réseau est unitaire, la contamination peut également provenir du lessivage de déjections animales variées (animaux de compagnie, oiseaux, rongeurs...). Par ailleurs, la charge des boues sera aussi augmentée lorsque la station reçoit les effluents d'industries agroalimentaires (abattoirs, laiteries, équarrissages...) ou d'établissements de soins (hôpitaux, laboratoires...).

Le danger de l'épandage des boues d'épuration

Les BOUES d’ÉPURATION URBAINES sont donc des résidus semi-solides de l'épuration des eaux usées urbaines = eaux et excréments domestiques, eaux pluviales (rinçage des toitures et des chaussées), effluents industriels et artisanaux… Elles CONTIENNENT, en quantités VARIABLES selon la station :

  • Les BONS COTÉS: • AZOTE, PHOSPHORE, + MATIÈRES ORGANIQUES + beaucoup de Calcium (quand chaulées) + OLIGO-ÉLÉMENTS Cu, Zn, …
  • Les MAUVAIS COTÉS : MICRO-POLLUANTS ORGANIQUES (HAP, PCB, antibiotiques, pesticides ) + Éléments Traces Potentiellement Toxiques = Cd, Cr, Cu, Hg, Ni, Pb, Se, Zn (mais aussi As, Tl, etc.) + ORGANISMES PATHOGÈNES (bactéries, virus ? vers ?) + ODEURS

Les BOUES d'ÉPURATION URBAINES contiennent des MÉTAUX potentiellement toxiques : du plomb, du cadmium, du zinc, du cuivre…. mais en quantités très différentes selon la station d'épuration (variabilité spatiale)…et en quantités très différentes en fonction du temps… (variabilité temporelle). "Épandage de boues d'épuration urbaines" : formule trop vague qui ne rend pas du tout compte des différences colossales de quantités de métaux apportées selon les cas en fonction des tonnages appliqués cumulés et de la composition des boues. (source : .denis-baize.fr/documents/POITIERS-Chap.4-Boues.pdf)

L'évaluation du danger réel de l'épandage agricole des boues est difficile - d'une part parce que ces agents pathogènes sont très variés, souvent difficiles à identifier et à dénombrer dans ce milieu très particulier que représentent les boues de STEP

- d'autre part parce que le risque que leur présence soit source d'une infection chez l'individu qui y sera exposé est très complexe à évaluer. En effet, s'il est possible de définir une dose minimale infectante (DMI) pour l'homme ou l'animal , il est beaucoup plus hazardeux d'estimer le niveau réel auquel ceux-ci seront exposés, lors de la manipulation des boues ou après contamination de leur alimentation. De plus, la viabilité et la virulence des agents pathogènes peuvent être sensiblement altérées par les conditions de traitement des boues.

Comment se protéger des boues d'épuration

Pour empêcher le risque de transmission de maladies infectieuses par l'usage des boues de STEP en agriculture, on dispose donc de 2 moyens :

1°) L'intervention sur les pratiques et les conditions d'épandage, telle que : - interdiction sur production maraîchère et fruitière consommées à l'état de cru - respect d'un délai avant la mise en culture ou la mise à l'herbe, - enfouissement pour prévenir les risques liés au ruissellement...

2°) L'hygiénisation des boues, c'est à dire le traitement permettant de "réduire à un niveau non détectable les agents pathogènes présents". Cette hygiénisation peut se faire par action de la chaux (chaulage), par séchage ou compostage thermique.

L'épandage boues d'épuration Les principaux polluants à surveiller en priorité sont les métaux dits "lourds", ainsi que certaines familles de molécules organiques peu biodégradables.

Les principaux contaminants

  • Ils sont principalement des métaux lourds ou éléments traces métalliques (ETM): cuivre, zinc, plomb, cadmium, chrome, nickel, mercure, auquel il faut adjoindre un métalloïde le sélénium, proviennent en particulier

- des déchets du métabolisme, car plusieurs sont des oligo-éléments indispensables à l'organisme (Cu, Zn, Se) - de diverses activités artisanales ou industrielles - de pigments et peintures - de produits de nettoyage - de produits phytosanitaires... Une partie est liée également au ruissellement de l'eau sur les toitures, gouttières et voies de circulation lorsque les réseaux sont unitaires.

La présence des composés organiques est la conséquence de l'emploi des dérivés du pétrole, des solvants, des détergents, des produits phytosanitaires, des produits de bricolage...

Deux familles sont principalement en cause : - les hydrocarbures polycycliques aromatiques (HPA) - les polychlorobiphényls (PCB) et dioxines

source : .centre-antipoison-environnemental.com/boues-station-epuration.html

Le danger sur la santé de l'épandage boues d'épuration

  • Selon l'Ademe : Bien que pratiqué depuis plus de 30 ans, sans aucun accident portant atteinte à la santé publique, l'épandage agricole de boues d'épuration fait l'objet d'une vigilance et d'un effort de recherche important. La stratégie française de maîtrise des risques a mis en place différents types d'actions :

- le contrôle des rejets dans les réseaux d'assainissement (police des réseaux) pour réduire la contamination des eaux usées, - le traitement des boues par des procédés biologiques, physiques ou chimiques avant épandage pour faciliter la mise en œuvre des opérations, - la mise en place de règles précises de manipulation, de transport et d'épandage, - des restrictions à l'épandage selon les cultures, les conditions de terrain, de météo et de délai à respecter, - la connaissance des contaminants chimiques et biologiques des boues et de leurs effets sur les cultures et l'environnement.

En France, une cellule de veille sanitaire vétérinaire sur les épandages de boues d’épuration a été créée en 1997, co-financée et animée par l’ADEME avec l'École nationale vétérinaire de Lyon. De 97 à 2009, elle a reçu 51 appels, dont 18 concernant une suspicion d'implication de lien causal entre épandage de boues et pathologies animales, lien qui n'a pu être démontré dans aucun cas (wikipedia)

L'épandage boues d'épuration


[modifier] A lire également au sujet de l'eau

Vous êtes spécialiste d'un sujet ? Vous avez une info ? Complétez ou créez un article sur encycloÉcolo.

______________________ws4