consoGlobe
  • Catégorie:Développement durable
  • Catégorie:Habitat écologique
  • Catégorie:Environnement
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Mode éthique
  • Catégorie:Energies renouvelables
  • Catégorie:Biocarburant et transport
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Eco-tourisme
  • Catégorie:Cosmétique bio
  • Catégorie:Alimentation bio
  • Catégorie:Recyclage
  • Catégorie:Composants et ingrédients
  • Catégorie:Consommation Durable
  • Catégorie:Puériculture
  • Catégorie:Jardinage écologique
Eres glaciaires

Eres glaciaires

Un article de Encyclo-ecolo.com.


Sommaire

Les ères glaciaires

Comment se crée les ères glaciaires

2 grands cycles chaud/froid alternent sur la planète. Le cycle chaud se mesure en millions d'années et dépend de la quantité de gaz carbonique CO2, dioxyde de carbone dans l'atmosphère.

Le CO2 piège les rayonnements du Soleil, ce qui réchauffe le climat. La dérive des continents et la formation des montagnes modifient l'intensité de l'altération des sédiments, consommatrice de CO2. De hauts reliefs contribuent à la raréfaction du CO2, donc au refroidissement.

Nous sommes dans une ère froide depuis 20 millions d'années, comme le montrent les calotes de glace aux pôles. La précédente ère "chaude" a duré presque 300 millions d'années. Quant au deuxième cycle, plus court, il recommence tous les 120 000 ans environ.

Sa cause? La modification de la forme de l'orbite terrestre. Selon la distance du Soleil-Terre et l'inclinaison de cette dernière, il fait plus ou moins chaud.

Les 5 grandes ères glaciaires

Il y a eu 5 grandes ères glaciaires

la glaciation huronienne

La glaciation huronienne (de 2,4 à -2,1 milliards d'années),


La glaciation du précambrien

L'ère glaciaire de la fin du précambrien (de -800 à -550 Ma), l


La glaciation ordovicienne

L'ère glaciaire ordovicienne (autour de -450 Ma),

La glaciation permo-carbonifère

L'ère glaciaire du permo-carbonifère (de -350 à -250 Ma),

Il y a 250 millions d’années, bien avant la naissances des chaînes Alpines et himalayennes, la Pangée, l’unique continent qui réunissait le Gondwana et la Laurasie (l'ensemble Amérique du Nord et Eurasie) se fissure. Les fragments qui donneront les continents actuels se séparent.

Pendant 200 millions d’années, Les conditions ne sont que très peu propices à la formation de grandes calottes de glace jusqu'à ce que, il y a une trentaine de millions d'années, de grands glaciers apparaissent sur l'Antarctique et des banquises commencent à couvrir en hiver les océans polaires.

La glaciation actuelle

L’ère dernière ère glaciaire a débuté sur le continent antarctique il y a 30 ou 40 000 ans. La dernière glaciation s'est terminée il y a un peu moins de 20 000 ans. Nous sommes, depuis, dans une "période interglaciaire"

L’histoire de la présente ère glaciaire est assez bien connue à partir de - 8 000 ans.

Cette situation n’est pas directement liée au voisinage des pôles, l'Antarctique occupant une telle position depuis longtemps. Pour certains, cette calotte glaciaire se serait formée lors de la séparation du continent polaire et de ses voisins (ouverture du passage de Drack entre l’Australie et le continent Antarctique), ce qui aurait entraîné son isolement climatique, par modification de la circulation océanique. D'autres spécialistes attribuent l'origine du refroidissement général de la planète aux orogenèses récentes (alpine et himalayenne). L’apparition des premiers glaciers est plus récente dans l'hémisphère Nord, environ - 7 Ma pour le Groenland et - 6,5 Ma pour l'Alaska.


La répartition des ères glaciaires est très irrégulière.

Pour les époques les plus anciennes, la conservation aléatoire des sédiments contribue à cette irrégularité : l'érosion et le recyclage des matériaux de la croûte terrestre ont fait disparaître 90 à 95 % des sédiments âgés de plus de 1 milliards d'années.

Deux longues périodes sans glaciation (l'une entre - 2 milliards d'années et - 800 Ma, l'autre entre - 250 Ma et - 30 Ma) sont séparées var une période riche en traces de glaciations sur tous les continents.

eres-glaciaires.jpg

Des glaciations d'intensité variable

Certaines des périodes glaciaires qui se sont succédé depuis 800 000 ans, qui sont documentées grâce aux carottes de glace prélevées en Antarctique, sont bien plus intenses que d'autres "

A lui seul, le dioxyde de carbone (CO2) atmosphérique, qui varie très peu d'un âge glaciaire à l'autre, n'explique pas cette différence. Celle-ci a pourtant dû être très sévère. En particulier, deux périodes glaciaires exceptionnellement froides intriguent les scientifiques : le niveau de la mer était alors "environ 30 mètres plus bas qu'au cours des épisodes glaciaires typiques",ce qui signifie un volume équivalent et colossal d'eau stockée sous forme de glace...


Genèse des calottes glaciaires de l’Antarctique et du Groenland

Avant 65 Ma, au Crétacé :

Le Crétacé apparaît comme une période chaude, sur l'ensemble des continents et des océans, y compris les parties les plus profondes. Il n'y a pas de Glaciers.

65 Ma, fin Crétacé :

Crise climatique et écologique, liée à l'impact d'un ou plusieurs météorites, ainsi qu'à de nombreuses éruptions volcaniques (trapps du Deccan). C’est l’époque de la disparition des dinosaures.


40 Ma, Éocène :

Ouverture du passage de Drake entre l’Antarctique et l’Australie.


35 MA Oligocène :

L’eau autour de l’Antarctique devient froide (glace marine).


10 MA Miocène :

L’Antarctique atteint la moitié de son volume actuel. Dans l’hémisphère nord, dans les hautes latitudes, en Alaska et au Groenland, de petits glaciers de montagne apparaissent.


6 MA : L’Inlandsis groenlandais commence à se former, les premiers glaciers apparaissent sur les Alpes.


5 MA :

L’Antarctique est aussi vaste qu’aujourd’hui.

3 MA, Pliocène :

Les premières grandes amplitudes climatiques permettent l’apparition de calottes glaciaires dans l’hémisphère Nord.


Depuis 2,5 Ma, Pléistocène ou Quaternaire :

Derniers grands cycles climatiques, succession d’environ vingt glaciations.




Si le CO2 est hors de cause, certains pensent que la rigueur de ces deux épisodes a un rapport avec le courant des Aiguilles.

Les chercheurs ont étudié une carotte sédimentaire prélevée au large des côtes sud-africaines : sa composition suggère que la "fuite" des Aiguilles s'est complètement tarie au cours de ces deux ères glaciaires très intenses. Or le courant sud-africain est un tronçon crucial de la circulation océanique globale : qu'il soit coupé et c'est tout le "tapis roulant" qui s'en trouve au moins largement ralenti, sinon totalement interrompu.

Les énigmatiques "coups de froids", d'il y a environ 400 000 ans, pourraient donc devoir leur sévérité à un arrêt de la circulation profonde de l'océan, qui a affaibli le transfert de chaleur depuis les tropiques jusqu'aux hautes latitudes, autour de l'Atlantique nord.

Quelle répercussion pour le présent et l'avenir ? "Les modèles prévoient que la circulation océanique dans l'Atlantique nord va ralentir en raison du réchauffement futur et de ses conséquences comme l'augmentation de l'apport d'eau douce vers l'océan : pluies, fonte des glaciers continentaux et du Groenland, etc., dit M. Bard. Mais on se rend compte que la circulation dans l'Atlantique nord est également déterminée par la "fuite" des Aiguilles, de l'océan Indien vers l'Atlantique."

De récents travaux, menés par Mathieu Rouault (université du Cap) et publiés en juin dans Geophysical Research Letters (GRL), montrent que le débit de la "fuite" des Aiguilles a "significativement augmenté" depuis les années 1980. En sens opposé, il s'agit du même phénomène qui s'est produit à plusieurs reprises au Pléistocène... Ces derniers travaux suggèrent qu'une rétroaction de l'océan pourrait compenser les effets du réchauffement qui, eux, tendent à affaiblir la circulation profonde dans l'Atlantique nord. Stéphane Foucart


[modifier] A lire également au sujet des ères glaciaires

Vous êtes spécialiste d'un sujet ? Vous avez une info ? Complétez ou créez un article sur encycloÉcolo.

______________________ws4