consoGlobe
  • Catégorie:Développement durable
  • Catégorie:Habitat écologique
  • Catégorie:Environnement
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Mode éthique
  • Catégorie:Energies renouvelables
  • Catégorie:Biocarburant et transport
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Eco-tourisme
  • Catégorie:Cosmétique bio
  • Catégorie:Alimentation bio
  • Catégorie:Recyclage
  • Catégorie:Composants et ingrédients
  • Catégorie:Consommation Durable
  • Catégorie:Puériculture
  • Catégorie:Jardinage écologique
Fonte des glaces

Fonte des glaces

Un article de Encyclo-ecolo.com.

pollution

Sommaire

La fonte des glaces

D’ici la seconde partie du XXIe siècle, tout l’Arctique sera libre de glace de mer au moins 2 mois par an. Aujourd’hui, dans les périodes naturelles de fonte, il en reste au minimum 3 à 4 millions de km2 soit 6 à 7 fois la superficie de la France.

Source : Jean Jouzel, Institut Pierre Simon Laplace / Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement, CEA-CNRS-UVSQ CE Saclay.

antarctique-fonte-glace-01.jpg


La fonte des glaces accélère

Sur les émissions de CO2, dioxyde de carbone, voir l'article : [ CO2 ]

Une étude menée par des chercheurs du Jet Propulsion Laboratory de la Nasa,et t basée sur des mesures satellite des six plus grands glaciers de la région (Pine Island, Thwaites, Haynes, Smith, Pope et Kohler) entre 1992 et 2011, montre qu'on atteint un point de non retour.

"Celui de Pine Island a reculé de 31 km, Thwaites de 14 km, Haynes de 10 km, quant à Smith et Kohler, ils ont chacun perdu 35 kilomètres" énumère l'étude qui conclut de manière alarmante :

"Les mesures de 2011 ne montrent aucun obstacle susceptible d'empêcher l'ensemble de ces glaciers de se détacher et de partir à la mer" - les chercheurs de l'étude publiée dans Geophysical Research Letters.

Un point de non retour qui a été atteint.

  • Les conséquences pourraient être dramatiques. "Ces glaciers contribuent de manière significative à l'augmentation du niveau des océans, car ils relâchent chaque année autant de glace dans l'océan que l'ensemble de la banquise du Groenland" précise l'auteur de l'étude, cité par un article de la Nasa.

Autant de glace que toute la banquise du Groenland rendue aux océans chaque année

"Ces glaciers contiennent suffisamment d'eau pour accroître le niveau global des océans de 1,2 mètre. Et ils fondent plus rapidement que ce que les scientifiques avaient prévu" conclut Eric Rignot glaciologue de l’université de Californie à Irvine et de la Nasa, et principal auteur de cette étude. Ce qui implique donc, selon lui, de revoir les prédictions actuelles d'élévation du niveau des mers.

Les dernières prévisions du Giec estimaient que le niveau des eaux devrait grimper de plus de 80 cm d'ici 2100.


L’effondrement des masses de glace de ce secteur de l'ouest de l’Antarctique paraît ainsi être irréversible" commente Eric Rignot.

"Le fait que ce recul des glaciers se produise simultanément sur une vaste zone laisse penser que ce phénomène a résulté d’une cause commune : un réchauffement de l’eau de l’océan dans laquelle flotte une partie de ces masses de glace. La disparition de ce secteur paraît donc, désormais, inéluctable" conclut le chercheur.


La fonte des glaces3 fois plus rapide en Antarctique

Les glaciers dans l'échancrure de la mer d'Amundsen, dans l'ouest de l'Antarctique, perdent de la glace plus rapidement que partout ailleurs sur le continent et sont les plus grands contributeurs à la montée du niveau des océans, rappellent ces chercheurs de l'Université de Californie à Irvin et au Jet Propulsion Laboratory de la Nasa.

Deux recherches publiées en mai dernier concluaient que la fonte des grands glaciers de l'ouest de l'Antarctique, qui contiennent assez d'eau pour faire monter les océans d'au moins un mètre, s'accélère sous l'effet du réchauffement et paraît irréversible.

Cette dernière étude est la première à évaluer et à réconcilier les observations faites à partir de quatre techniques de mesure de la fonte de ces glaciers et permet de produire une estimation du volume et du rythme de perte de glace sur deux décennies, expliquent ces scientifiques dont les travaux paraîtront dans la revue Geophysical Research Letters datée du 5 décembre.

"Des études précédentes suggéraient que cette région de l'ouest de l'Antarctique change très rapidement depuis les années 1990 et nous avons voulu voir comment les différentes techniques mesuraient ce changement", ajoute Tyler Sutterley, de l'UCI, le principal auteur.

"Le fait que les quatre techniques produisent les mêmes résultats conforte notre confiance dans l'exactitude des mesures", souligne-t-il.

Il s'agit de mesures effectuées par des satellites et des radars de la Nasa et de l'ESA, l'agence spatiale européenne, ainsi qu'avec le modèle de climat atmosphérique de l'Université d'Utrecht aux Pays Bas.

Un mont Everest fondu tous les deux ans

Le volume total de glace perdu depuis 1992 a été en moyenne de 83 milliards de tonnes par an. En comparaison, les glaciers de l'Antarctique ont fondu de l'équivalent d'un mont Everest tous les deux ans depuis les 21 dernières années. L'Everest pèse 161 milliards de tonnes.

Le rythme de la perte de ces glaces s'est aussi accéléré en moyenne de 6,1 milliards de tonnes chaque année depuis 1992 et de 2003 à 2009, quand les quatre techniques ont été utilisées simultanément, le rythme de fonte des glaciers s'est accru de 16,3 milliards de tonnes annuellement, soit près d'un triplement comparativement à l'ensemble de la période de 21 ans. ( source : http:// tempsreel.nouvelobs.com/planete/20141203.OBS6762/la-fonte-des-glaciers-3-fois-plus-rapide-en-antarctique.html?xtor=RSS-26)

La fonte des glaces est inévitable

  • Une étude publiée dans le journal Science par un chercheur du Centre des Sciences Polaires de l'université de Washington va dans le même sens.

Ce glaciologue a focalisé ses recherches sur le plus imposant de ces glaciers : celui de Thwaites. À partir de cartes topographiques détaillées obtenues par radar aéroporté, mesurant l'épaisseur de la glace, il a établi un modèle numérique de la désintégration de ce dernier.

L'objectif de cette étude était de tester la sensibilité des calottes glaciaires au réchauffement et de voir quelles conditions permettaient d'inverser le processus de fonte. Et ses conclusions sont sans appel : quel que soit le scénario envisagé, le glacier de Thwaites est condamné à disparaître d'ici deux à neuf siècles.

La fonte des glaces accélère

Dans un article publié sur le site de l'université de Washington, le chercheur affirme que "le glacier de Thwaites qui se déplace rapidement pourrait accroître le niveau des océans d'environ de 60 centimètres. Et ce glacier agit comme un pivot qui pourrait entraîner avec lui le reste de la banquise" commente le chercheur. Et ce dernier de préciser que le reste de cette banquise contient assez d'eau pour accroître le niveau des océans de 3 à 4 mètres.

"Auparavant, quand nous avons constaté l'amincissement, du glacier, nous ne savions pas comment allait évoluer la fonte", explique Ian Joughin de l’université de Washington et co-auteur de l'étude. "Les simulations dans notre modèle informatique semblent indiquer une accélération dans le futur, sans aucun mécanisme de stabilisation en vue" précise le glaciologue.

"De nombreux glaciologues suspectaient une telle accélération de la fonte. Désormais, notre modèle nous donne une idée de la vitesse à laquelle elle se produit" précise Ian Joughin. (source : sciences et avenir, mai 2014)


[modifier] sur la fonte des glaces

Vous êtes spécialiste d'un sujet ? Vous avez une info ? Complétez ou créez un article sur encycloÉcolo.

______________________ws4