consoGlobe
  • Catégorie:Développement durable
  • Catégorie:Habitat écologique
  • Catégorie:Environnement
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Mode éthique
  • Catégorie:Energies renouvelables
  • Catégorie:Biocarburant et transport
  • Catégorie:Commerce équitable
  • Catégorie:Eco-tourisme
  • Catégorie:Cosmétique bio
  • Catégorie:Alimentation bio
  • Catégorie:Recyclage
  • Catégorie:Composants et ingrédients
  • Catégorie:Consommation Durable
  • Catégorie:Puériculture
  • Catégorie:Jardinage écologique
Forêts

Forêts

Un article de Encyclo-ecolo.com.

forêt

Sommaire

La forêt

En France la forêt occupe 28% du territoire et dans de très nombreuses régions elle grandit régulièrement. Au total chaque année, ce sont 680 ha qui sont regagnés par la forêt. Entre 1993 et 2003, l’IFEN estime que 600 000 hectares de prairies ont disparu.

 

Dans deux départements sur trois, la forêt gagne du terrain. Jamais la forêt n’a été aussi vaste depuis le moyen-âge. Le problème est que les forêts nouvelles ne sont pas assez diversifiées et sont plutôt pauvres du point de vue de la biodiversité avec 5,2 espèces d’arbre en moyenne.

  • Les arbres sont des producteurs primaires d’oxygène, en même temps que des laboratoires de chimie organique. Ils constituent les fondations indispensables de l’atmosphère. Le massif des Landes, composé à 90% de pins maritimes, est le plus grand d’Europe.

 

  • Par rapport à l’atmosphère terrestre, les forêts sont que des entrepôts de gaz carbonique grâce au processus de photosynthèse. Le gaz carbonique est emprisonné dans les cellules du bois, tandis que l’oxygène se diffuse dans l’atmosphère. Tant que l’arbre grandit, ce processus se poursuit. La pousse d'une tonne de Bois capture 1,5 tonne de gaz carbonique et émet 1,1 tonne d'oxygène dans l’air. Quand la croissance de l’arbre ralentit, l’absorption de gaz carbonique se fait progressivement moins grande.

 

  • D’après une étude de l’Union Européenne (Euroflux), il semble que 1/3 des émissions de gaz carbonique en Europe soit capturé par les forêts européennes. On sait que la fixation du gaz carbonique dans le bois se fait non seulement dans les arbres sur pied, mais aussi dans chaque morceau de bois entreposé ou travaillé.

 Le gaz carbonique est littéralement piégé dans les cellules du bois. A contrario, quand on brûle du bois, pour se chauffer par exemple, on libère du C02 dans l’atmosphère.

  • Les départements les plus boisés de France sont La Gironde, les Landes, la Dordogne, la Côte d’Or, les Alpes de Haute Provence et le Var dont la surface boisée dépassait 900 000 hectares en 2006.
  • Quelques données clés sur les forêts

    • 300 millions de personnes vivent dans la forêt en 2010 selon l'ONU et la vie de 1,6 milliard de personnes dépend de la forêt
    • Chaque jour, quelques 350 km2 de couverture forestière sont détruits à travers le monde. La conversion en terres agricoles, un abattage incontrôlé, une gestion des sols inefficace ainsi que la multiplication des établissements humains sont les causes principales de cette perte de zones forestières.


    • La forêt héberge 80% de la biodiversité terrestre
    • 327 milliards $ : Le commerce des produits issus de la forêt représentait 327 mds de dollars en 2004
    • Les forêts couvrent 31% des surfaces terrestres. Selon la FAO, les forêts occupent 30% de la surface totale des terres, soit 4 milliards d'hectares (ha) mais avec une répartition très inégale.
    • 36% : Les forêts primaires représentent 36% des surfaces totales de forêt
    • 50% : Les forêts représentent le principal réservoir de la diversité biologique végétale et animale à l'échelle de la planète. À elles seules, les forêts tropicales humides renferment environ 50% des espèces vivantes.
    • En moyenne, la forêt couvre 0,62 ha par habitant, mais pour 64 pays dont la population représente deux milliards d'habitants, le ratio tombe à 0,1 ha !
    • Recul et progrès. L'Afrique et l'Amérique du Sud sont les espaces où la forêt recule le plus, alors qu'elle progresse en Europe et en Asie.
    • Un sondage Sofres de 2000 révélait que 71% des Français étaient persuadés que l’hexagone disposait de moins de forêts qu’en 1800. Et bien ce n’est pas le cas, la surface des forêts françaises a doublé depuis 1850.
    • En France, la forêt occupe 28% du territoire avec 15,5 millions d’hectares boisés.
    • Amazonie. En Amazonie, le pillage de la forêt s'étend. Avec un énorme gaspillage puisque 58% du bois coupé illégalement seraient perdus et n'arriveraient pas sur le marché pour être exploités par l'industrie et vendus. Ces pertes finissent en poussière, en sciure, en déchets, en chutes inutilisable.
    • Importation illégale. La France importe énormément de bois tropical dont une proportion croissante est d'origine illégale. Une étude du WWF britannique de 2005 montre que 39% des importations françaises de bois tropical étaient issues d'une exploitation illégale des forêts !


    La situation de la forêt en Europe

    Voici l'analyse officielle de Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (Rome, 2011)

    • L’Europe pouvait se prévaloir de la plus vaste superficie forestière par rapport aux autres régions, avec 1 milliard d’hectares au total.
    • L’Europe regroupe 50 pays et zones pour une superficie forestière qui dépasse de peu 1 milliard d’hectares, soit 25 pour cent de la superficie forestière mondiale.
    • Sur la base des statistiques réunies dans FRA 2010, les forêts couvrent en moyenne 45 pour cent de la superficie totale des terres en Europe, la fourchette s’étalant entre 0 à Monaco et 73 pour cent en Finlande.

    La croissance de la forêt en Europe

    • La superficie forestière européenne a continué de croître entre 1990 et 2000 mais le taux global d’augmentation a fléchi pendant la dernière décennie. La superficie forestière de l’Europe n’a cessé de croître entre 1990 et 2010, avec toutefois un ralentissement du rythme de croissance pendant la période analysée
    L’expansion de la superficie forestière est le résultat de nouvelles plantations forestières et de l’expansion naturelle des forêts sur des terres précédemment affectées à des usages agricoles. 
    
    • Au cours de la décennie écoulée, l’augmentation annuelle nette de la superficie forestière a été à peine inférieure à 700 000 hectares par an, alors qu’elle était de près de 900 000 hectares par an dans les années 90.
    • Europe détenait un pourcentage relativement élevé de superficies forestières classées dans la catégorie des forêts primaires (26 pour cent), comparé à la proportion mondiale de forêts primaires (36 pour cent). Au cours des 20 dernières années, la superficie forestière supplémentaire affectée à la conservation

    a doublé dans la région. On a également observé des tendances positives concernant les zones dévolues à la protection des sols et de l’eau, principalement suite aux mesures prises par la Fédération de Russie.

    • Une proportion plus importante de surfaces forestières a été affectée à la production en Europe que dans le reste du monde. Les superficies vouées à des fonctions productives ont reculé dans les années 90 avant que la tendance ne s’inverse pendant la dernière décennie. L’extraction du bois en Europe a aussi affiché des tendances variables au cours des 20 dernières années avant de décliner suite à la récession de 2008-2009 qui a frappé la région et fait baisser la demande en bois. Enfin, l’emploi dans la production primaire de biens forestiers a reculé, une tendance qui devrait se poursuivre dans le futur proche.


    Protection des forêts et lutte contre le changement climatique dans l'UE

    • Mai 2021 : Le rapport du Parlement européen vient d'adopter à une large majorité le Livre vert de la Commission intitulé "La protection des forêts et l’information sur les forêts dans l’Union européenne : préparer les forêts au changement climatique".

    Les forêts couvrent 42 % du territoire de l’Union européenne, elles sont une source d'emplois considérables, notamment en zones rurales, qui devrait croître à l'avenir avec les perspectives d'utilisation diversifiée du bois (*). Elles sont aussi la composante principale de la biosphère dans la régulation du carbone et des équilibres entre les écosystèmes (l'eau, protection et fertilité des sols, atténuation des catastrophes naturelles, etc.). Il est donc impératif d'anticiper les impacts du changement climatique sur les forêts qui font disparaître via les incendies près de 500.000 hectares de forêts chaque année dans l'UE.

    Le Parlement demande notamment à la Commission de présenter une proposition législative pour la protection des forêts contre les incendies pour dépasser l'égoïsme de certains Etats membres.

    La gestion durable des forêts, en exigeant que le bois et les produits dérivés mis sur le marché européen proviennent de forêts gérées de manière durable et en augmentant le niveau d'exploitation des forêts, qui sont trop souvent faiblement entretenues ce qui conduit à un véritable gâchis.

    La vigilance reste de mise pour éviter que l'on arrive à des résultats inverses à ceux recherchés.

    C'est la crainte que je nourris avec la loi de modernisation agricole française qui, concernant les forêts vise essentiellement l'amélioration des rendements en conférant leur développement, aux seuls représentants des organismes forestiers (CNPF, ONF, Communes Forestières, etc.) et aux chambres d’agriculture alors que l'ensemble des parties prenantes et notamment les associations de protection de l'environnement devraient être pleinement associées. Certes la forêt française mérite une meilleure et une plus grande considération mais celle-ci ne doit pas verser dans l'excès inverse et passer par pertes et profits la préservation de la biodiversité et des fonctions essentielles des forêts !


    (*) Principalement le "bois énergie" dans le cadre des énergies renouvelables et le "bois habitat" ; des prévisions estiment que la consommation d’énergie provenant de la biomasse et des biodéchets représentera 58 % des énergies renouvelables dans l’Union d’ici à 2020. Le rapport réaffirme le soutien du PE aux objectifs de l'UE en matière d'énergies renouvelables l'horizon 2020 et de limite à 2° Celsius du réchauffement climatique (**)Le rapport demande à la Commission de présenter des propositions législatives visant notamment à compléter le règlement (UE) n° 995/2010 concernant le bois et à assurer la protection des forêts contres les incendies


    Les forêts de plaine et le réchauffement climatique

    Selon un communiqué de l'Inra, d'octobre 2011, les espèces végétales des forêts de plaine seraient peu réactives face au réchauffement climatique, ce qui les rendrait particulièrement vulnérables dans les prochaines décennies. C’est ce que révèle une étude publiée aujourd’hui dans la revue Nature par des chercheurs d’AgroParisTech, de l’Inra, de l’Université d’Aarhus (Danemark), du CNRS, de l’Université de Strasbourg, et de l’Inventaire Forestier National.

    L’étude, qui a bénéficié du soutien financier de l’ADEME et de la Région Lorraine, a porté sur les communautés végétales (groupes d’espèces vivant ensemble) présentes dans les forêts de la France métropolitaine. Les chercheurs ont analysé les changements progressifs d’espèces dans ces communautés entre 1965 et 2008, et les ont confrontés à l’évolution de la température au cours de la même période. L’étude s’est concentrée sur les espèces herbacées, a priori plus réactives face aux changements environnementaux que les arbres et donc plus révélatrices de l’impact du réchauffement climatique sur les forêts.

    Les forêts de plaine aussi vulnérables que celles de montagne

    Jusqu’à présent, les spécialistes s’étaient surtout inquiétés des espèces de montagne, considérées comme plus vulnérables au réchauffement climatique. Une étude française (réalisée par des scientifiques d’AgroParisTech, de l’Inra et du CNRS) avait déjà montré, en 2008(1), que les plantes montagnardes avaient commencé à migrer en altitude (65 mètres en moyenne depuis les années 80) suite à l’augmentation de la température. Une menace pour ces espèces qui voient la surface de leur habitat se réduire vers les sommets. Cependant, en comparant les changements de composition en espèces observés dans les communautés végétales de plaine à ceux des communautés de montagne, les chercheurs ont constaté que les premières sont moins réactives face au changement climatique, ce qui les rend in fine plus vulnérables. En effet, en montagne, un remplacement progressif d’espèces adaptées au climat froid par des espèces adaptées à un climat plus chaud a permis aux communautés de « compenser » 0,54 °C sur les 1,07 °C d’augmentation moyenne de la température observée sur la période étudiée. En revanche, pour les communautés de plaine, cette compensation n’a été que de 0,02 °C pour un réchauffement similaire (1,11 °C), ce qui révèle un déséquilibre grandissant entre la flore forestière de plaine et le climat.

    Des changements d’espèces attendus en plaine

    Ce manque de réactivité de la part des espèces de plaine peut s’expliquer par trois raisons principales. D’abord, ces espèces sont plus adaptées aux températures chaudes donc plus tolérantes au réchauffement climatique. Ensuite, elles souffrent d’une plus grande fragmentation de leur habitat par rapport aux communautés végétales forestières de montagne : routes, zones d’habitation et champs cultivés constituent autant de barrières à leur migration. Leurs modes de dispersion (par le vent ou par les animaux, principalement) ne leur permettent pas toujours de traverser ces obstacles. La dernière raison – sans doute la plus préoccupante – est la distance à parcourir d’une génération à la suivante pour retrouver un climat favorable à leur développement. En montagne, les espèces doivent en moyenne migrer sur 1,1 km, principalement vers les sommets, pour retrouver des conditions de température identiques à celles d’avant le réchauffement climatique. En plaine, en revanche, elles doivent migrer vers le Nord sur des distances plus importantes pour compenser un réchauffement similaire (35,6 km en moyenne). Compte tenu d’une distance de dispersion excédant rarement quelques centaines de mètres par an, les espèces herbacées forestières peuvent donc difficilement compenser la hausse de température observée en plaine par une migration naturelle.

    Si l’équilibre flore-climat semble se rétablir en montagne malgré la hausse brutale des températures observée depuis 1987, celui-ci semble brisé en plaine. Dans un monde où le réchauffement climatique est amené à perdurer, le retard accumulé dans la réaction des forêts de plaine ne pourra être comblé sans des changements importants dans cet écosystème, allant probablement jusqu’à la disparition de certaines espèces. Le fonctionnement des écosystèmes forestiers et la préservation de la biodiversité en seraient certainement affectés.


    La forêt en Russie

    • C’est la Fédération de Russie, par ailleurs dotée de la plus vaste superficie forestière au monde, qui domine à l’échelle régionale.

    Ce pays a fait état d’une superficie forestière de près de 810 millions d’hectares, soit plus de 80 pour cent de la superficie forestière de l’Europe et un cinquième de la superficie forestière mondiale.

    • La Fédération de Russie, dont les forêts représentaient 80 pour cent de la superficie forestière européenne, a affiché quelques reculs minimes des zones forestières après 2000. Le taux d’expansion des superficies forestières plantées a également diminué au cours des 10 dernières années, comparé aux tendances mondiales.


La hauteur des forêts dans le monde

Sciences et vie a publié un article expliquant que la hauteur des forêts a été cartographiée pour la première fois :
470376main1_globaltreecanopy-map-670.jpg
Image : NASA Earth Observatory/Jesse Allen et Robert Simmon/Données : Michael Lefsky
Image: La carte fait clairement apparaître en vert foncé les plus hautes forêts du globe, sur la côte ouest de l'Amérique du Nord.

"Utilisant des données altimétriques obtenues par satellite, la Nasa associée à des équipes universitaires américaines vient de publier la première carte donnant la hauteur des forêts du monde, établie de 0 à 70 m. Pas de surprise sur les enseignements qu’elle apporte : les forêts groupant les arbres les plus hauts (40 m et plus) se concentrent sur la côte ouest américaine (où se trouvent séquoias et pins de Douglas, les plus grands arbres du monde, qui culminent à plus de 100 m) et en Asie du Sud-Est. Plus étonnant, la taille moyenne des forêts tropicales vierges s’établit aux alentours de 25 m, soit la hauteur des forêts d’Europe tempérée que nous connaissons. La carte s’appuie sur sept années de données, obtenues grâce aux radars laser (Lidar) embarqués à bord des satellites ICESat, Terra et Aqua de la Nasa. La carte devrait aider à mieux évaluer la biomasse végétale au dessus du sol et permettre ainsi de mieux comprendre les mécanismes d’absorption du carbone par la biosphère."



La forêt europénne, un atout face à l'effet de serre


La forêt d'Europe se porte bien. Elle a gagné 13 millions d'hectares, soit une superficie équivalente à celle de la Grèce, en 15 ans. En 2003, lors de la canicule son impact positif comme piège à C02 a été mis à mal : l'équivalent de 4 années de "puits de carbone" ont été annulées, selon un spécialiste qui s'est exprimé en novembre 2008 lors de la Conférence internationale sur la gestion des massifs forestiers dans le cadre des négociations sur le climat (la suite de Bali en 2007)
La croissance de la forêt européenne est due à :

  • son extension naturelle sur d'anciens terrains agricoles non exploités,
  • l'extension des plantations volontaires de bois.
 

Pourquoi la forêt est - elle un "puits de carbone"  ?

Le bois lui-même est constitué pour moitié de carbone. De plus, la forêt recèle une biomasse importante et notamment un humus en formation sur son sol qui est un piège naturel pour le carbone. Les forêts sont elles ainsi un piège de plus en plus important pour capter le C02 selon les cas de figure.

  • En effet, soit la forêt relâche du C02 dans l'atmosphère plus qu'elle n'en capte : la respiration des végétaux et la décomposition de la biomasse restitue du C02 à l'atmosphère et alors la forêt est une source de carbone,

* soit, la forêt, par l'effet de la photosynthèse, puise du carbone dans l'atmosphère, et dans des proportions plus grandes qu'elle n'en relâche et alors elle est un puits de carbone. En Europe, on estime que la forêt compense ainsi 15% des émissions de carbone fossile (pétrole, charbon,...).

De nombreuses recherches sont menées pour estimer l'impact du changement climatique sur l'efficacité du puits à carbone forestier et déterminer comment la préserver, voire la stimuler. L'association France Forêts gère des sites d'évaluation visant à optimiser le bilan carbone des forêts.
 

 

Le rapport de l'ONU sur la forêt lors de Rio+20

  • Les forêts au cœur d’une nouvelle économie plus verte

mercredi, juin 20, 2012, 09:16 AM - Développement durable

Un nouveau rapport de la FAO parle de la contribution de la foresterie durable aux objectifs de développement durable

Les forêts du monde ont un rôle important à jouer dans la transition vers une nouvelle économie plus verte, un thème à l'ordre du jour de la Conférence Rio+20. Cependant, pour amorcer ce changement, les gouvernements doivent adopter des programmes et politiques visant à libérer le potentiel des forêts et à garantir leur gestion durable, a indiqué la FAO aujourd'hui.

Dans un rapport, La Situation des forêts du monde 2012 (SOFO 2012), l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture soutient qu'une utilisation plus durable des ressources forestières peut offrir une large contribution à un grand nombre d'enjeux affrontés à Rio, tels que la réduction de la pauvreté et de la faim, l'atténuation des impacts du changement climatique, et la création d'autres sources plus durables de bioproduits et de bioénergie pour les utilisations humaines.

Le rapport a sera présenté lors d’un évènement parallèle à la Conférence Rio+20 organisé par la FAO et ses partenaires, l'Association brésilienne de la pâte et du papier (Bracelpa) et le Conseil international des associations forestières et papetières (ICFPA).

"Les forêts et les arbres des exploitations agricoles sont une source directe de nourriture, d'énergie, et de revenus pour plus d'un milliard d'êtres humains, parmi les plus pauvres de la planète", a souligné le Sous-Directeur général de la FAO pour les forêts, Eduardo Rojas-Briales. "En même temps, les forêts piègent le carbone et atténuent les effets du changement climatique, conservent la santé de l'eau et des sols et empêchent la désertification. La gestion durable des forêts offre de multiples avantages - avec les programmes et politiques adaptés, le secteur peut ouvrir la voie vers des économies vertes plus durables".

"Le Brésil offre des exemples de réussite en matière d'aménagement des plantations forestières, et ses bonnes pratiques peuvent être reproduites à d'autres pays en développement pour la promotion d'une économie verte et le renforcement des synergies entre développement durable et atténuation du changement climatique. Les débats de Rio+20 doivent constituer le point de départ pour mieux équilibrer le triple bilan. L'industrirs d’un évènement parallèle à la Conférence Rio+20 organisé par la FAO et ses partenaires, l'Association brésilienne de la pâte et du papier (Bracelpa) et le Conseil international des associations forestières et papetières (ICFPA).

"Les forêts et les arbres des exploitations agricoles sont une source directe de nourriture, d'énergie, et de revenus pour plus d'un milliard d'êtres humains, parmi les plus pauvres de la planète", a souligné le Sous-Directeur général de la FAO pour les forêts, Eduardo Rojas-Briales. "En même temps, les forêts piègent le carbone et atténuent les effets du changement climatique, conservent la santé de l'eau et des sols et empêchent la désertification. La gestion durable des forêts offre de multiples avantages - avec les programmes et politiques adaptés, le secteur peut ouvrir la voie vers des économies vertes plus durables".

"Le Brésil offre des exemples de réussite en matière d'aménagement des plantations forestières, et ses bonnes pratiques peuvent être reproduites à d'autres pays en développement pour la promotion d'une économie verte et le renforcement des synergies entre développement durable et atténuation du changement climatique. Les débats de Rio+20 doivent constituer le point de départ pour mieux équilibrer le triple bilan. L'industrie brésilienne de la pâte et du papier est prête à encourager l'innovation dans les biotechnologies et la fixation du carbonienne de la pâte et du papier (Bracelpa) et le Conseil international des associations forestières et papetières (ICFPA).

"Les forêts et les arbres des exploitations agricoles sont une source directe de nourriture, d'énergie, et de revenus pour plus d'un milliard d'êtres humains, parmi les plus pauvres de la planète", a souligné le Sous-Directeur général de la FAO pour les forêts, Eduardo Rojas-Briales. "En même temps, les forêts piègent le carbone et atténuent les effets du changement climatique, conservent la santé de l'eau et des sols et empêchent la désertification. La gestion durable des forêts offre de multiples avantages - avec les programmes et politiques adaptés, le secteur peut ouvrir la voie vers des économies vertes plus durables".

"Le Brésil offre des exemples de réussite en matière d'aménagement des plantations forestières, et ses bonnes pratiques peuvent être reproduites à d'autres pays en développement pour la promotion d'une économie verte et le renforcement des synergies entre développement durable et atténuation du changement climatique. Les débats de Rio+20 doivent constituer le point de départ pour mieux équilibrer le triple bilan. L'industrie brésilienne de la pâte et du papier est prête à encourager l'innovation dans les biotechnologies et la fixation du carbonienne de la pâte et du papier (Bracelpa) et le Conseil international des associations forestières et papetières (ICFPA).

"Les forêts et les arbres des exploitations agricoles sont une source directe de nourriture, d'énergie, et de revenus pour plus d'un milliard d'êtres humains, parmi les plus pauvres de la planète", a souligné le Sous-Directeur général de la FAO pour les forêts, Eduardo Rojas-Briales. "En même temps, les forêts piègent le carbone et atténuent les effets du changement climatique, conservent la santé de l'eau et des sols et empêchent la désertification. La gestion durable des forêts offre de multiples avantages - avec les programmes et politiques adaptés, le secteur peut ouvrir la voie vers des économies vertes plus durables".

"Le Brésil offre des exemples de réussite en matière d'aménagement des plantations forestières, et ses bonnes pratiques peuvent être reproduites à d'autres pays en développement pour la promotion d'une économie verte et le renforcement des synergies entre développement durable et atténuation du changement climatique. Les débats de Rio+20 doivent constituer le point de départ pour mieux équilibrer le triple bilan. L'industrie brésilienne de la pâte et du papier est prête à encourager l'innovation dans les biotechnologies et la fixation du carbone forestier pouvant soutenir une expansion durable des activités du triple bilan qui prennent en compte les performances sociales et environnementales", a ajouté Elizabeth de Carvalhaes, présidente de Bracelpa.

"L'industrie mondiale des produits forestiers est en première ligne des efforts de conservation des forêts", a déclaré Donna Harman, Présidente de l'ICFPA. "Avec des pratiques de gestion forestière durable, notre secteur a non seulement un rendement annuel soutenu de bois d'œuvre, mais en garantit l'abondance pour les générations à venir. L'industrie des produits forestiers contribue également aux moyens d'existence et au bien-être des populations en employant des millions de personnes dans le monde et en fabriquant des produits servant à la construction d'abris et à une meilleure alphabétisation. La bio-économie émergente ne peut que renforcer le rôle important de cette industrie".

Soutenir les moyens d'existence

Les investissements dans les entreprises du bois peuvent créer des emplois, des actifs et contribuer à redonner un nouveau souffle à des millions d'habitants des zones rurales, selon le nouveau rapport de la FAO.

Quelque 350 millions de personnes parmi e brésilienne de la pâte et du papier est prête à encourager l'innovation dans les biotechnologies et la fixation du carbone forestier pouvant soutenir une expansion durable des activités du triple bilan qui prennent en compte les performances sociales et environnementales", a ajouté Elizabeth de Carvalhaes, présidente de Bracelpa.

"L'industrie mondiale des produits forestiers est en première ligne des efforts de conservation des forêts", a déclaré Donna Harman, Présidente de l'ICFPA. "Avec des pratiques de gestion forestière durable, notre secteur a non seulement un rendement annuel soutenu de bois d'œuvre, mais en garantit l'abondance pour les générations à venir. L'industrie des produits forestiers contribue également aux moyens d'existence et au bien-être des populations en employant des millions de personnes dans le monde et en fabriquant des produits servant à la construction d'abris et à une meilleure alphabétisation. La bio-économie émergente ne peut que renforcer le rôle important de cette industrie".

Soutenir les moyens d'existence

Les investissements dans les entreprises du bois peuvent créer des emplois, des actifs et contribuer à redonner un nouveau souffle à des millions d'habitants des zones rurales, selon le nouveau rapport de la FAO.

Quelque 350 millions de personnes parmi les plus pauvres du monde, dont 60 millions de communautés autochtones, dépendent des forêts pour leur survie quotidienne ee forestier pouvant soutenir une expansion durable des activités du triple bilan qui prennent en compte les performances sociales et environnementales", a ajouté Elizabeth de Carvalhaes, présidente de Bracelpa.

"L'industrie mondiale des produits forestiers est en première ligne des efforts de conservation des forêts", a déclaré Donna Harman, Présidente de l'ICFPA. "Avec des pratiques de gestion forestière durable, notre secteur a non seulement un rendement annuel soutenu de bois d'œuvre, mais en garantit l'abondance pour les générations à venir. L'industrie des produits forestiers contribue également aux moyens d'existence et au bien-être des populations en employant des millions de personnes dans le monde et en fabriquant des produits servant à la construction d'abris et à une meilleure alphabétisation. La bio-économie émergente ne peut que renforcer le rôle important de cette industrie".

Soutenir les moyens d'existence

Les investissements dans les entreprises du bois peuvent créer des emplois, des actifs et contribuer à redonner un nouveau souffle à des millions d'habitants des zones rurales, selon le nouveau rapport de la FAO.

Quelque 350 millions de personnes parmi les plus pauvres du monde, dont 60 millions de communautés autochtones, dépendent des forêts pour leur survie quotidienne ee forestier pouvant soutenir une expansion durable des activités du triple bilan qui prennent en compte les performances sociales et environnementales", a ajouté Elizabeth de Carvalhaes, présidente de Bracelpa.

"L'industrie mondiale des produits forestiers est en première ligne des efforts de conservation des forêts", a déclaré Donna Harman, Présidente de l'ICFPA. "Avec des pratiques de gestion forestière durable, notre secteur a non seulement un rendement annuel soutenu de bois d'œuvre, mais en garantit l'abondance pour les générations à venir. L'industrie des produits forestiers contribue également aux moyens d'existence et au bien-être des populations en employant des millions de personnes dans le monde et en fabriquant des produits servant à la construction d'abris et à une meilleure alphabétisation. La bio-économie émergente ne peut que renforcer le rôle important de cette industrie".

Soutenir les moyens d'existence

Les investissements dans les entreprises du bois peuvent créer des emplois, des actifs et contribuer à redonner un nouveau souffle à des millions d'habitants des zones rurales, selon le nouveau rapport de la FAO.

Quelque 350 millions de personnes parmi les plus pauvres du monde, dont 60 millions de communautés autochtones, dépendent des forêts pour leur survie quotidienne et à long terme, souligne le rapport. "La foresterie à la ferme," ou agroforesterie, peut assurer jusqu'à 40 pour cent des revenus agricoles avec la récolte de bois, de fruits, d'huiles et de plantes médicinales.

Malgré la mauvaise réputation qu'ils peuvent parfois avoir à cause des inquiétudes liées à la déforestation, les produits forestiers-s'ils sont issus d'opérations bien gérées -stockent le carbone et sont recyclés facilement. Les industries forestières du monde entier innovent dans des produits et processus compétitifs pour remplacer les matériaux non renouvelables, et ouvrent ainsi la voie vers des bioéconomies sobres en carbone. "La promotion d'une industrie forestière durable offre un moyen d'améliorer les économies rurales tout en atteignant les buts de durabilité", explique le SOFO 2012.

Mais si le rapport indique que la valeur des exportations de produits forestiers a plus que doublé entre 2002 et 2010 dans certaines régions, il souligne qu'il faut accorder une plus grande attention à la promotion des petites et moyennes entreprises forestières au service des communautés locales.

Energies renouvelables

Le rapport de la FAO soutient également que les plus pauvres du monde, dont 60 millions de communautés autochtones, dépendent des forêts pour leur survie quotidienne et à long terme, souligne le rapport. "La foresterie à la ferme," ou agroforesterie, peut assurer jusqu'à 40 pour cent des revenus agricoles avec la récolte de bois, de fruits, d'huiles et de plantes médicinales.

Malgré la mauvaise réputation qu'ils peuvent parfois avoir à cause des inquiétudes liées à la déforestation, les produits forestiers-s'ils sont issus d'opérations bien gérées -stockent le carbone et sont recyclés facilement. Les industries forestières du monde entier innovent dans des produits et processus compétitifs pour remplacer les matériaux non renouvelables, et ouvrent ainsi la voie vers des bioéconomies sobres en carbone. "La promotion d'une industrie forestière durable offre un moyen d'améliorer les économies rurales tout en atteignant les buts de durabilité", explique le SOFO 2012.

Mais si le rapport indique que la valeur des exportations de produits forestiers a plus que doublé entre 2002 et 2010 dans certaines régions, il souligne qu'il faut accorder une plus grande attention à la promotion des petites et moyennes entreprises forestières au service des communautés locales.

Energies renouvelables

Le rapport de la FAO soutient également que la foresterie durable offre une source d'énergie renouvelable. Brûler du bois est sans nul doute la plus ancienne techniqut à long terme, souligne le rapport. "La foresterie à la ferme," ou agroforesterie, peut assurer jusqu'à 40 pour cent des revenus agricoles avec la récolte de bois, de fruits, d'huiles et de plantes médicinales.

Malgré la mauvaise réputation qu'ils peuvent parfois avoir à cause des inquiétudes liées à la déforestation, les produits forestiers-s'ils sont issus d'opérations bien gérées -stockent le carbone et sont recyclés facilement. Les industries forestières du monde entier innovent dans des produits et processus compétitifs pour remplacer les matériaux non renouvelables, et ouvrent ainsi la voie vers des bioéconomies sobres en carbone. "La promotion d'une industrie forestière durable offre un moyen d'améliorer les économies rurales tout en atteignant les buts de durabilité", explique le SOFO 2012.

Mais si le rapport indique que la valeur des exportations de produits forestiers a plus que doublé entre 2002 et 2010 dans certaines régions, il souligne qu'il faut accorder une plus grande attention à la promotion des petites et moyennes entreprises forestières au service des communautés locales.

Energies renouvelables

Le rapport de la FAO soutient également que la foresterie durable offre une source d'énergie renouvelable. Brûler du bois est sans nul doute la plus ancienne techniqut à long terme, souligne le rapport. "La foresterie à la ferme," ou agroforesterie, peut assurer jusqu'à 40 pour cent des revenus agricoles avec la récolte de bois, de fruits, d'huiles et de plantes médicinales.

Malgré la mauvaise réputation qu'ils peuvent parfois avoir à cause des inquiétudes liées à la déforestation, les produits forestiers-s'ils sont issus d'opérations bien gérées -stockent le carbone et sont recyclés facilement. Les industries forestières du monde entier innovent dans des produits et processus compétitifs pour remplacer les matériaux non renouvelables, et ouvrent ainsi la voie vers des bioéconomies sobres en carbone. "La promotion d'une industrie forestière durable offre un moyen d'améliorer les économies rurales tout en atteignant les buts de durabilité", explique le SOFO 2012.

Mais si le rapport indique que la valeur des exportations de produits forestiers a plus que doublé entre 2002 et 2010 dans certaines régions, il souligne qu'il faut accorder une plus grande attention à la promotion des petites et moyennes entreprises forestières au service des communautés locales.

Energies renouvelables

Le rapport de la FAO soutient également que la foresterie durable offre une source d'énergie renouvelable. Brûler du bois est sans nul doute la plus ancienne technique d'acquisition d'énergie par l'homme, mais elle n'est pas obsolète pour autant", affirme M. Rojas-Briales. Aujourd'hui, le bois-énergie est encore la source dominante d'énergie pour plus d'un tiers de la population mondiale-en particulier les pauvres. "Et à mesure que s'intensifie la quête de sources d'énergies renouvelables, nous ne pouvons perdre de vue les grandes opportunités qu'offre l'énergie tirée de la biomasse forestière en tant qu'alternative plus écologique", dit-il.

Selon le SOFO2012, tirer de l'énergie du bois constitue une solution climatiquement-neutre et socialement équitable, à condition que le bois soit issu de forêts gérées durablement, qu'il soit brûlé selon des techniques appropriées, et qu'il soit associé à des programmes de reboisement et de gestion forestière durable.

"Accroître l'utilisation d'énergies renouvelables, notamment des combustibles ligneux par rapport aux combustibles fossiles, peut être un des éléments les plus importants d'une transition globale vers des économies sobres en carbone. La production d'énergie durable à partir du bois peut créer des emplois locaux et servir à réorienter les dépenses d'exportatla foresterie durable offre une source d'énergie renouvelable. Brûler du bois est sans nul doute la plus ancienne technique d'acquisition d'énergie par l'homme, mais elle n'est pas obsolète pour autant", affirme M. Rojas-Briales. Aujourd'hui, le bois-énergie est encore la source dominante d'énergie pour plus d'un tiers de la population mondiale-en particulier les pauvres. "Et à mesure que s'intensifie la quête de sources d'énergies renouvelables, nous ne pouvons perdre de vue les grandes opportunités qu'offre l'énergie tirée de la biomasse forestière en tant qu'alternative plus écologique", dit-il.

Selon le SOFO2012, tirer de l'énergie du bois constitue une solution climatiquement-neutre et socialement équitable, à condition que le bois soit issu de forêts gérées durablement, qu'il soit brûlé selon des techniques appropriées, et qu'il soit associé à des programmes de reboisement et de gestion forestière durable.

"Accroître l'utilisation d'énergies renouvelables, notamment des combustibles ligneux par rapport aux combustibles fossiles, peut être un des éléments les plus importants d'une transition globale vers des économies sobres en carbone. La production d'énergie durable à partir du bois peut créer des emplois locaux et servir à réorienter les dépenses d'exportations de combustibles fossiles vers des investissements dans des sources d'énergie internes, avec les avantages qui en dérivee d'acquisition d'énergie par l'homme, mais elle n'est pas obsolète pour autant", affirme M. Rojas-Briales. Aujourd'hui, le bois-énergie est encore la source dominante d'énergie pour plus d'un tiers de la population mondiale-en particulier les pauvres. "Et à mesure que s'intensifie la quête de sources d'énergies renouvelables, nous ne pouvons perdre de vue les grandes opportunités qu'offre l'énergie tirée de la biomasse forestière en tant qu'alternative plus écologique", dit-il.

Selon le SOFO2012, tirer de l'énergie du bois constitue une solution climatiquement-neutre et socialement équitable, à condition que le bois soit issu de forêts gérées durablement, qu'il soit brûlé selon des techniques appropriées, et qu'il soit associé à des programmes de reboisement et de gestion forestière durable.

"Accroître l'utilisation d'énergies renouvelables, notamment des combustibles ligneux par rapport aux combustibles fossiles, peut être un des éléments les plus importants d'une transition globale vers des économies sobres en carbone. La production d'énergie durable à partir du bois peut créer des emplois locaux et servir à réorienter les dépenses d'exportations de combustibles fossiles vers des investissements dans des sources d'énergie internes, avec les avantages qui en dérivee d'acquisition d'énergie par l'homme, mais elle n'est pas obsolète pour autant", affirme M. Rojas-Briales. Aujourd'hui, le bois-énergie est encore la source dominante d'énergie pour plus d'un tiers de la population mondiale-en particulier les pauvres. "Et à mesure que s'intensifie la quête de sources d'énergies renouvelables, nous ne pouvons perdre de vue les grandes opportunités qu'offre l'énergie tirée de la biomasse forestière en tant qu'alternative plus écologique", dit-il.

Selon le SOFO2012, tirer de l'énergie du bois constitue une solution climatiquement-neutre et socialement équitable, à condition que le bois soit issu de forêts gérées durablement, qu'il soit brûlé selon des techniques appropriées, et qu'il soit associé à des programmes de reboisement et de gestion forestière durable.

"Accroître l'utilisation d'énergies renouvelables, notamment des combustibles ligneux par rapport aux combustibles fossiles, peut être un des éléments les plus importants d'une transition globale vers des économies sobres en carbone. La production d'énergie durable à partir du bois peut créer des emplois locaux et servir à réorienter les dépenses d'exportations de combustibles fossiles vers des investissements dans des sources d'énergie internes, avec les avantages qui en dérivent pour l'emploi et les revenus".

Toutefois, la FAO met en garde que, pour ce faire, il faudra attacher une attention particulière aux modèles existants de dépendance vis-à-vis du bois -énergie, à l'utilisation de pratiques de gestion forestière durable dans l'exploitation et la plantation d'arbres, et à l'adoption de technologies efficaces pour la conversion de la biomasse en chaleur et la co-génération (production simultanée de chaleur et d'électricité).

Fixer le carbone pour atténuer le changement climatique

En réduisant la déforestation et en restaurant les forêts défrichées à grande échelle, des quantités significatives de carbone peuvent être éliminées de l'atmosphère, réduisant la gravité et les impacts du changement climatique. Parallèlement, de tels projets soutiendraient également les moyens d'existence ruraux et offriraient des matières premières renouvelables pour des constructions durables utilisant le bois et le bambou ainsi que la bioénergie, indique le SOFO 2012.

Près de 2 milliards d'hectares de terres ont été jugés adaptés à la restauration par le Partenariat mondial sur la restauration des paysages forestiers. Sans compter ions de combustibles fossiles vers des investissements dans des sources d'énergie internes, avec les avantages qui en dérivent pour l'emploi et les revenus".

Toutefois, la FAO met en garde que, pour ce faire, il faudra attacher une attention particulière aux modèles existants de dépendance vis-à-vis du bois -énergie, à l'utilisation de pratiques de gestion forestière durable dans l'exploitation et la plantation d'arbres, et à l'adoption de technologies efficaces pour la conversion de la biomasse en chaleur et la co-génération (production simultanée de chaleur et d'électricité).

Fixer le carbone pour atténuer le changement climatique

En réduisant la déforestation et en restaurant les forêts défrichées à grande échelle, des quantités significatives de carbone peuvent être éliminées de l'atmosphère, réduisant la gravité et les impacts du changement climatique. Parallèlement, de tels projets soutiendraient également les moyens d'existence ruraux et offriraient des matières premières renouvelables pour des constructions durables utilisant le bois et le bambou ainsi que la bioénergie, indique le SOFO 2012.

Près de 2 milliards d'hectares de terres ont été jugés adaptés à la restauration par le Partenariat mondial sur la restauration des paysages forestiers. Sans compter que le reboisement présente l'avantage de lutter contre la désertification et la dégradation des sols.

Soutenir lent pour l'emploi et les revenus".

Toutefois, la FAO met en garde que, pour ce faire, il faudra attacher une attention particulière aux modèles existants de dépendance vis-à-vis du bois -énergie, à l'utilisation de pratiques de gestion forestière durable dans l'exploitation et la plantation d'arbres, et à l'adoption de technologies efficaces pour la conversion de la biomasse en chaleur et la co-génération (production simultanée de chaleur et d'électricité).

Fixer le carbone pour atténuer le changement climatique

En réduisant la déforestation et en restaurant les forêts défrichées à grande échelle, des quantités significatives de carbone peuvent être éliminées de l'atmosphère, réduisant la gravité et les impacts du changement climatique. Parallèlement, de tels projets soutiendraient également les moyens d'existence ruraux et offriraient des matières premières renouvelables pour des constructions durables utilisant le bois et le bambou ainsi que la bioénergie, indique le SOFO 2012.

Près de 2 milliards d'hectares de terres ont été jugés adaptés à la restauration par le Partenariat mondial sur la restauration des paysages forestiers. Sans compter que le reboisement présente l'avantage de lutter contre la désertification et la dégradation des sols.

Soutenir lent pour l'emploi et les revenus".

Toutefois, la FAO met en garde que, pour ce faire, il faudra attacher une attention particulière aux modèles existants de dépendance vis-à-vis du bois -énergie, à l'utilisation de pratiques de gestion forestière durable dans l'exploitation et la plantation d'arbres, et à l'adoption de technologies efficaces pour la conversion de la biomasse en chaleur et la co-génération (production simultanée de chaleur et d'électricité).

Fixer le carbone pour atténuer le changement climatique

En réduisant la déforestation et en restaurant les forêts défrichées à grande échelle, des quantités significatives de carbone peuvent être éliminées de l'atmosphère, réduisant la gravité et les impacts du changement climatique. Parallèlement, de tels projets soutiendraient également les moyens d'existence ruraux et offriraient des matières premières renouvelables pour des constructions durables utilisant le bois et le bambou ainsi que la bioénergie, indique le SOFO 2012.

Près de 2 milliards d'hectares de terres ont été jugés adaptés à la restauration par le Partenariat mondial sur la restauration des paysages forestiers. Sans compter que le reboisement présente l'avantage de lutter contre la désertification et la dégradation des sols.

Soutenir les politiques

Pour placer les forêts au cœur d'une nouvelle économie verte il faudra avant tout des politiques et des programmes incitant les entrepreneurs à miser sur l'utilisation durable des ressources forestières. Cela comprend "la suppression des mesures d'encouragement perverses qui donnent lieu à la déforestation et à la dégradation et conversion des forêts, ainsi que celles visant à promouvoir l'utilisation de matières premières non renouvelables comme l'acier, le béton, le plastique ou les énergies fossiles qui rivalisent avec le bois et le bambou", affirme le SOFO 2012.

Créer des flux de revenus appropriés pour les services d'écosystèmes forestiers tels que la fixation du carbone peut également encourager les propriétaires et responsables forestiers à protéger et à restaurer leurs forêts. Des systèmes ouverts et décentralisés de gestion, comprenant la transformation industrielle et l'énergie peuvent contribuer à promouvoir l'efficacité et la transparence et offrir une gamme diversifiée d'opportunités pour les entrepreneurs locaux.


L'exploitation de la forêt en France

Le document S’ENGAGER POUR UNE FORÊT DE PRODUCTION MODERNE ET RESPONSABLE édité par les professionnels du bois en mars 2011 fait un point sur l'exploitation forestière en France :

  • Depuis plus d’un siècle, la politique forestière française s’appuie sur la multifonctionnalité, c’est-à-dire sur une répartition équilibrée de diverses fonctions :

production, protection et ouverture au public. Cet équilibre ne tient que parce qu’il est financé par la vente de bois, la fonction de production assumant, jusqu’à ce jour, la quasi totalité des coûts de la multifonctionnalité, ce qui n’est pas le cas partout en Europe.

Mais depuis une quinzaine d’années, la vocation économique de la forêt peine à s’exprimer, faute de volonté politique. Pendant un siècle, cette répartition équilibrée des fonctions a été respectée. Mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. Le poids et les contraintes de la multifonctionnalité, liées notamment à l’environnement et à l’accueil au public, ne permettent plus à la forêt de production de s’exprimer » confirme Laurent Denormandie. « Notre forêt française ne se donne plus les moyens d’être une véritable forêt de production, moderne et responsable ».

  • La France dispose de l’une des plus grandes forêts européennes (15,5 millions d’ha) importe notamment plus de 3 millions de m3 de sciages de résineux, issus essentiellement de Scandinavie, d’Allemagne et d’Europe de l’Est. Ce déficit pourrait s’accroître dans les années à venir, notamment à l’horizon 2030 où la ressource résineuse risque de manquer à l’industrie. Il devient donc urgent de réagir aujourd’hui pour préparer l’avenir. « Si la France veut avoir un matériau renouvelable et industrialisable, si elle veut relever son déficit, il lui faut une forêt de production moderne et responsable. Si l’économie forestière ne change pas de cap, l’industrie du bois ne pourra pas se développer ».

La France a la capacité de mobiliser plus de bois pour pallier ce déficit, mais ce levier a ses limites. Il avancera d’autant l’échéance où le manque de résineux se fera sentir. Par ailleurs, il convient de rester réaliste. Les chiffres avancés par les pouvoirs publics (20 millions de m3 supplémentaires en 2020) restent incantatoires. Ils sont théoriques, concernent majoritairement les feuillus, et ne reflètent pas la réalité du terrain. La mobilisation supplémentaire de bois ne peut remplacer une politique active de plantation

RÉSINEUX : CHRONIQUE D’UNE PÉNURIE ANNONCÉE

  • ✓ La gestion forestière doit évoluer pour servir les besoins du marché Cette situation traduit avant tout l’inadéquation structurelle de la forêt française à

la demande du marché. 59 % des volumes sur pied sont en effet représentés par les feuillus et 41 % par les résineux. Or, le sciage résineux représente, en 2009, 80 % de la production française, soit 7,4 millions de m3 (près de 9 millions de m3 en 2007, avant crise). « Ce qui montre une inadaptation structurelle de la ressource majoritairement feuillue par rapport à la demande actuelle du marché et justifie une politique corrective de longue haleine par la plantation résineuse dès aujourd’hui ».

  • Le marché est aussi orienté vers des bois moyens, correspondant à une sylviculture moderne (rotations plus courtes,...) et à l’écoute du marché. Si le feuillu restera le socle de la forêt française, il convient de rester réaliste. Les nouveaux marchés sont tournés vers le résineux, et les usages de feuillus et de résineux ne sont pas interchangeables. La reconquête du marché des feuillus actuellement développée doit donc être complémentaire à une action menée en faveur des résineux.


Un manque en résineux à partir de 2030

LE RÉSINEUX, UN BOIS DEMANDÉ PAR LE MARCHÉ ✓ Une construction bois 100 % résineuse L’industrie du bois réclame effectivement de la matière résineuse pour accompagner l’essor de la construction bois. En l’absence d’une production locale de résineux, les scieries françaises devront renforcer leur demande auprès de nos voisins européens, accentuant par conséquent le déficit de la filière. Si le feuillu est apprécié pour ses qualités esthétiques et mécaniques (meubles massifs, parquets...), le résineux est plébiscité pour sa légèreté et sa résistance.

Il se révèle ainsi comme l’essence incontournable pour permettre au matériau bois de se positionner sur le marché de la construction, en répondant à des normes techniques strictes tout en restant économiquement accessible. Concrètement, l’industrie réclame des sciages dont les caractéristiques mécaniques sont élevées, de longueurs de 4 à 6 m (bois droits), de petite section (10-20 cm), avec une nodosité maîtrisée (noeuds de 1 à 3 cm) et des cernes d’accroissement de 4 à 5 mm (donc une poussée lente, garantie de la dureté du matériau). Si le feuillu reste nécessaire à la rénovation de l’habitat traditionnel et des monuments historiques, il ne constitue plus aujourd’hui le coeur de la demande du marché de la construction. La consolidation des débouchés actuels et la recherche de nouveaux marchés pour les feuillus constituent une priorité nationale qui ne s’oppose pas à l’urgence de développer la ressource résineuse. Il y a complémentarité. ✓ L’industrie doit pouvoir trouver la matière première dont elle a besoin Si le discours ambiant argue du fait que les essences ne sont pas autochtones, il convient de rappeler que c’est le marché qui a dicté la nature de la forêt française actuelle. Ainsi, les chênes plantés au XVIIe siècle par Colbert, dans la forêt de Tronçais (Allier), avaient pour objectif de répondre à la production de bois de marine ! Le douglas introduit par l’action du Fonds Forestier National représente une formidable réussite et est parfaitement à sa place (800 000 m3). Une politique forestière doit être visionnaire afin de s’adapter au mieux aux besoins de la société et ceci malgré le décalage inévitable entre l’acte de production et la demande industrielle. Il ne s’agit, en aucun cas, de supprimer les feuillus de France mais de ‘‘glisser’’ vers la plantation de résineux là où la forêt dispose déjà de ces peuplements et dans les taillis de feuillus de mauvaise qualité, qui trouvent des débouchés peu rémunérateurs, ainsi que dans les peuplements inadaptés aux conditions climatiques. Rappelons que l’objectif visé (140 millions de plants) ne correspond qu’à une surface de 60 000 à 70 000 ha pour une forêt française qui représente près de 15 millions d’ha au total.

SOUTENIR LE REBOISEMENT EN FRANCE

Soutenir reboisement et boisement permet à la fois de répondre à des enjeux économiques et écologiques.

  • Un investissement rentable à long terme pour les propriétaires forestiers

Si le taux de reboisement est faible, c’est aussi parce que certains propriétaires forestiers publics ou privés se sont au fil du temps écartés, pour diverses raisons, de la notion de production et ne sont pas toujours enclins à exploiter leurs parcelles. Réagir aujourd’hui pour préparer l’avenir

Changer les mentalités au profit d’une forêt de production forestiers français

  • En disposant localement d’une ressource résineuse plus abondante, l’ensemble de la

filière retrouvera son dynamisme et sa compétitivité. Au delà des industriels de la construction bois, qui bénéficieront enfin du matériau dont ils ont besoin (actuellement 7 % des maisons neuves sont construites en bois en France ; en 2015, elles représenteront 15 % du marché de la construction, soit 30 000 maisons par an), les différents acteurs de la première et seconde transformations disposeront également des approvisionnements en bois nécessaires. La production de sciages permet effectivement de générer des produits connexes d’industrie (environ 50 % de la grume ou tronc) utilisés par les entreprises du panneau et de la pâte à papier ou encore de l’énergie, au profit là encore d’un tissu industriel national, moteur de l’économie rurale et locale. Rappelons que la forêt française est très morcelée (3,2 ha en moyenne) et que 74 % de sa surface sont entre les mains de propriétaires privés, parfois échaudés par les contraintes environnementales dont ils comprennent mal la justification, mais aussi par les dégâts dus à un gibier devenu surabondant et à des tempêtes successives. Ainsi, certaines coupes ont pu être différées ou abandonnées, et des coupes rases ne sont même pas reconstituées, contredisant l’idée même de gestion durable de la forêt.

Pour des raisons de surdensité de gibier nécessitant une protection des arbres coûteuses, des conseillers forestiers préfèrent soutenir les techniques sylvicoles de régénération naturelle. Encore faut-il que ces opérations prennent en compte les contraintes actuelles de gestion : gestion nécessitant des compétences élevées, exploitation des productions difficilement mécanisables... Chaque technique de sylviculture a des avantages et des inconvénients. Nous devons impérativement intégrer une meilleure rentabilité dans la chaîne de production pour le propriétaire mais aussi pour la filière. Le propriétaire forestier n’investira dans sa forêt que s’il en tire un revenu convenable. La formule commerciale « gagnant/gagnant », clé de la dynamique industrielle, doit l’être également pour tous les propriétaires forestiers. Dans bien des cas, le recours à la plantation permet d’utiliser des variétés améliorées et dotées d’une base génétique beaucoup plus large que celle des peuplements en place, mieux adaptées aux évolutions climatiques auxquelles sera confrontée la forêt de demain, et d’opter immédiatement pour les essences réclamées par le marché. Les producteurs forestiers bénéficieront ainsi d’un bois d’oeuvre résineux plus valorisable que leur production actuelle.

Un enjeu pour l’économie locale et le développement durable

À l’heure où la France s’engage en faveur du développement durable, cherchant donc à privilégier une économie locale et à réduire ses émissions de CO2, le développement des plantations résineuses, à coté des feuillus, permet de revenir à un circuit court. Il permet à l’industrie de s’appuyer sur une ressource locale et de favoriser tout un tissu économique rural (pépiniéristes, entrepreneurs de travaux forestiers, scieries...). Par la même occasion, la filière aura les moyens de réduire le poids de ses importations, en 1ère et 2ème transformations, coûteuses également sur le plan des émissions carbone liées au transport.

  • Un enjeu de compétitivité pour la filière bois
Actuellement, les résineux exploités en France sont issus des plantations générées par le

Fonds Forestier National (FFN). Avant sa suppression en 2000, cette structure créée en 1946 pour permettre une gestion plus dynamique des forêts françaises et aider la filière bois à se développer a ainsi permis la plantation de 2 millions d’ha, essentiellement en résineux. Seulement, lors des 15 dernières années, la consommation de plants forestiers est passée de 110 millions à 28 millions par an (hors pin maritime hier semé et aujourd’hui planté). « En arrêtant de planter, on a interrompu une dynamique de développement de forêt de production contrairement à nos voisins européens. » regrette Laurent Denormandie. Sachant qu’en moyenne quarante à cinquante ans (selon les essences) sont nécessaires pour qu’un résineux arrive à maturité, l’industrie du bois manquera incontestablement de ressources d’ici 2030, un déficit qu’il est encore possible de corriger pour les années 2050, grâce à une reprise très rapide des plantations. Selon les Pépiniéristes Forestiers Français (SNPF), il faudrait revenir, au minimum, au niveau de plantation des années 90, soit environ 140 millions de plants annuels.

Faut-il investir dans les forêts ?

Malgré son dynamisme, la forêt ne serait pas une bonne idée de placement :

voir l'article Faut-il investir dans une forêt ?


world_forests.preview.png
L'état des forêts dans le monde selon wri


2011 - Année internationale des forêts - ONU


Devant l’importance de la déforestation dans le monde, l’ONU a défini 2011 comme l’année internationale des forêts. A cette occasion, des campagnes de sensibilisation seront organisées auprès du grand public sur ce thème.

L’ONU précise sur son site que « pour le bien des générations présentes et futures, nous devons mener des actions de sensibilisation et promouvoir la gestion durable, la conservation et la protection des forêts du monde» .


L'objectif de l'Année de la Forêt en 2011 est d'amener les gouvernements, les organismes des Nations Unies, les organisations non gouvernementales concernées, le secteur privé et les autres acteurs à faire des efforts concertés de sensibilisation à tous les niveaux pour renforcer la gestion durable, la conservation et le développement viable de tous les types de forêts dans l'intérêt des générations présentes et futures.


La vision de la FNB sur les forêts françaises

  • La France ne plante plus assez d'arbres pour la production (on plante 23 millions de plants par an contre 110 millions il y a seulement 10 ans).

Depuis de nombreuses années, le nombre de plantations forestières en France ne cesse de baisser. Pire, il est devenu ridiculement bas par rapport aux prélèvements (voire les catastrophes naturelles) que subit la forêt française. Alors que nos voisins européens producteurs de bois ont développé des programmes de plantations au niveau national qui permettront de renouveler une richesse pour les générations futures et de se préparer au changement climatique, l'état français s'est depuis longtemps désengagé et choisit de laisser faire. En France, la baisse de la ressource mobilisable est d'ores et déjà programmée. Cette baisse aura des conséquences sur l'emploi, car de la forêt dépend toute une industrie et le travail de la transformation du bois.

Pendant que d'autres pays ont choisi l'action et se renforce, la France aurait-elle choisi l'immobilisme, le laisser-faire pour encore s'appauvrir ?

La France ne réfléchit pas en terme de forêt de production, moderne et responsable.

La forêt est belle, et le bois est une formidable matière première dont nous profitons tous quotidiennement. Nous devons accepter que le bois doit être produit pour un jour être coupé, participant ainsi à un cycle économique et écologique naturel. Pourquoi ne pas anticiper au niveau national comme la Fédération Nationale du Bois le demande depuis des années. Pourquoi ne pas s'engager et favoriser la mise en place de vrais programmes de production ? Pourquoi ne pas s'engager dans des programmes de production comme l'ont fait, en leur temps, Colbert ou Napoléon III avec de grands projets nationaux. De Gaulle soutenait le Fonds National Forestier, fonds qui n'avait pour seul objectif que de planter et cultiver pour les générations futures. Le Fonds National Forestier, abandonné dans les années 80, n'a pas été remplacé. Pourquoi ? On nous dit qu'en France, la surface forestière augmente, mais cette forêt nouvelle n'est malheureusement que trop rarement destinée à produire les bois dont nous avons besoin pour notre industrie. L'absence d'un engagement de l'état dans un véritable projet de production, et industriel aura des conséquences sur l'emploi.

Le bois français est soumis à de fortes pressions et suscite de nombreuses convoitises car il est, aux yeux du reste du monde, en libre accès. La France doit protéger intelligemment, par des mesures écologiques, douanières et phytosanitaires, sa matière première.

Le bois est partout dans nos habitations et dans notre vie quotidienne. Et au niveau international, le bois est une matière première soumise à une très forte demande et la pression est chaque année plus forte. Construction, meubles, décoration, papier, emballage, énergie... le bois est indispensable à de nombreuses industries qui en ont un besoin vital. Dorénavant, le secteur de l'énergie demande également sa part de bois, et renforce la pression économique à laquelle le marché du bois est confronté. Aujourd'hui les pays émergents et la Chine en particulier, énorme consommateur de bois, s'intéressent fortement à notre forêt et ses bois, bousculant encore davantage les codes du marché. Les grumes de résineux, de chênes et de hêtres sont exportées sans transformation, sans aucune contrepartie. Alors que tous les pays producteur cherchent à protéger leur ressources, nos bois sont achetés, par des pays qui ne souhaitent qu'une chose profiter d'une matière première de haute qualité indispensable pour faire tourner leur économie. La France est d'ailleurs soumise à une double peine car les bois qu'elle voit partir lui reviennent sous forme de produits finis lowcost (parquet, meubles,...), beaucoup moins chers que s'ils avaient été produits en France, fragilisant ainsi encore un peu plus notre industrie. Du Congo à la Malaisie, du Brésil à la Russie, du Sultanat de Brunei au Canada,... tous les pays producteurs protègent, par des mesures douanières ou purement des interdictions d'exporter, cette ressource si précieuse qu'est le bois. Combien de temps mettrons-nous à comprendre que la France doit réguler ses exportations de bois. Car le bois, s'il est transformé en France, génère de nombreux emplois.


A lire également sur les forêts et le bois


Vous êtes spécialiste d'un sujet ? Vous avez une info ? Complétez ou créez un article sur encycloÉcolo.

______________________ws4